PMA : L’URGENCE EST AU RASSEMBLEMENT DES CITOYENS !

PMA : L’URGENCE EST AU RASSEMBLEMENT DES CITOYENS !

APRES L’ABANDON DE LA FILIATION ET DE LA PMA PAR LES REPUBLICAINS, LA GAUCHE EN PROFITE POUR AVANCER SUR L’EXTENSION DE LA PMA.

Le 8 juin dernier, lors du Rendez-vous du projet pour la Famille des Républicains organisé par Catherine Troendlé, sénatrice et déléguée nationale des Républicains en charge de la Famille, une demande citoyenne avait émané de la salle : « Réécrire le droit de la famille afin de restaurer la filiation paternelle et maternelle de chaque enfant, dans le respect des couples. » Cette demande est précisément celle, constante, que soutient L’Avenir pour Tous depuis 2013.

Catherine Troendlé avait accepté d’ajouter cette demande aux propositions qu’elle a présentées aux instances du parti. Cette requête a été refusée et de ce fait n’a pas été inscrite dans le programme voté ce samedi 2 juillet par le Conseil national du parti. Mais quelle n’a pas été notre surprise de découvrir qu’en plus de la filiation, l’opposition-même à la PMAnonyme sans homme, et à la GPA avec femme porteuse, avaient disparu du projet.

François Fillon fut le seul à défendre la restauration de la filiation biologique homme-femme de chaque enfant à la tribune du Conseil national. Il avait déjà inscrit le droit de l’enfant à connaître son père et sa mère biologique dans son programme, annoncé à La Croix et à son meeting de Saint-Mandé le 30 juin dernier. L’Avenir pour Tous déplore cependant que dès lors qu’il s’adresse au grand public dans des médias généralistes, François Fillon omette de rappeler cette réforme primordiale.

Cela aurait sans doute peser face aux revendications de la Gay Pride, qui cette année demandait les multifiliation et multiparenté intégrales, se fondant sur un principe d’intention absolue face à la réalité biologique que les citoyens de 2013 réclament : « Redéfinir la filiation pour la fonder sur l’engagement parental, ce qui permettrait d’établir la filiation des enfants dès la naissance (avec procédure anténatale au besoin), avec tous leurs parents, indépendamment de leur genre, de leur nombre (pluriparentalité)et de leur mode de conception,et sans passer par une procédure judiciaire. En cas de séparation, cette filiation repensée garantirait les liens des enfants avec tous ses parents ».

Face à cette inertie de la droite, la gauche socialiste gouvernementale a tout le loisir d’avancer sans l’ombre d’une opposition crédible. En effet, Laurence Rossignol a annoncé ce lundi la promesse faite par François Hollande aux associations militantes LGBT jeudi dernier, à savoir l’abrogation d’une circulaire interdisant aux gynécologues d’orienter leurs patientes vers des confrères pratiquant la PMA à l’étranger.

Devant cet abandon de la droite du à la dispersion du vaste mouvement citoyen de 2013, il est temps que tous ses sympathisants comprennent que l’on n’obtiendra aucun rassemblement efficace sans la reconnaissance juridique, légale et sociétale des unions homosexuelles : elles ne doivent plus, en aucun cas, être remises en cause. L’Avenir pour Tous invite donc, dans ces conditions, tous les défenseurs des droits de l’enfant à se rassembler afin de consacrer l’intérêt supérieur de l’enfant à connaître et voir reconnaître sa filiation biologique paternelle et maternelle.

Nous tenons à rappeler que nous ne voterons plus par défaut et que nos voix seront conditionnées à l’engagement des candidats en faveur de la restauration de la filiation biologique. Nous appelons tous les Français qui partagent notre conviction à s’unir autour de ce programme à L’Avenir pour Tous, afin d’influer non plus sur des candidats changeants, mais bien sur leurs programmes en faveur des droits de l’enfant.

Depuis samedi 2 juillet.2016, avec la désertion de la droite et l’avancée de la gauche sur la PMA, la défense de l’Humain et de son identité sexuée est devenue un enjeu politique majeur de la prochaine élection présidentielle.

Les militants de L’Avenir pour Tous y prendront toute leur place, celle du plus faible, l’enfant, dans la reconnaissance sociale de sa filiation paternelle et maternelle dans l’union reconnue de tous les couples, et en dehors même de ceux-ci.

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page