14 juin : refus des Républicains d’inscrire le retour à la filiation biologique dans le programme présidentiel

14 juin : refus des Républicains d’inscrire le retour à la filiation biologique dans le programme présidentiel

20130125 Banner n

Naissance. Connaissance. Reconnaissance. Renaissance.

A VOUS DE JOUER !

Pour supprimer le droit à l’enfant, reconnaître le droit supérieur de l’enfant 
à sa filiation paternelle et maternelle.

Présents ou non le mercredi 8 juin dernier au Rendez-vous du projet pour la Famille des Républicains, vous êtes les premiers concernés par les suites de la réunion que nous sommes heureux de vous communiquer.

Nous vous rappelons qu’à la demande de la salle, tempérée par la présence de sympathisants de l’Avenir pour Tous et de Sens Commun, Catherine Troendlé, sénatrice et déléguée nationale des Républicains en charge de la Famille, avait accepté de porter auprès des instances du parti la proposition émanant des citoyens :

« Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples. »

Nous tenons à préciser qu’il a été explicitement dit par la salle que l’on ne devait plus parler de la loi Taubira, sujet trop clivant pour les politiques qui en profitent pour abandonner la filiation; par ailleurs la mention « dans le respect de tous les couples », qui est une demande émise le 8 juin, – demande constante et explicite de l’Avenir pour Tous – a été retirée de la formulation finale, sans doute dans le souci de rassembler aussi ceux qui s’opposent à l’union homosexuelle. Ils étaient pourtant absents (ou taisants) ce 8 juin dernier.

Aussi, nous pensons à L’Avenir pour Tous que le rajout de la mention de la loi Taubira et le retrait de celle du « respect de tous les couples » est contraire à la volonté de la salle, donc des citoyens. Cette demande finale tronquée a certainement pesé en la défaveur de la mention de la filiation auprès des instances dirigeantes, qui ne peuvent déférer à une demande supposant une discrimination des couples homosexuels. Le retour sur toute la loi Taubira laisse en effet présumée comme dominante la volonté de ceux qui s’opposent aux droits d’union homosexuelle, et comme telle, – et comme nous le répétons sans relâche depuis 4 ans –, bloque toute efficacité de reconnaissance des droits de l’enfant disparus avec la loi Taubira, qui est avant tout une loi de filiation homosexuelle concurrençant la filiation biologique.

Et en effet, nous avons appris mardi 14 juin qu’Eric Woerth, vice-président en charge du projet chez les Républicains, n’avait pas retenu notre demande de retour à la seule filiation biologique, mais seulement l’opposition à la PMA et à la GPA que nous n’avions d’ailleurs même pas abordée durant la réunion avec Catherine Troendlé. Cette mention est bien insuffisante car on ne peut sérieusement lutter contre la PMA tout en maintenant une filiation homosexuelle par application de l’adoption plénière aux couples de même sexe. Avec une telle filiation, et le nouvel acte de naissance en fait foi, l’enfant naît de deux femmes réputées « génitrices », donc avec donneur de sperme anonyme. Il s’agit bien de la PMA hors géniteur, hors père. Dès lors, par application du principe d’égalité des couples devant la filiation, elle-même adossée à la procréation par les couples homme-femme, la lutte contre la GPA en est relativisée d’autant. Ainsi, avec le maintien d’une filiation égalisée entre les couples, et non pas entre les enfants, les procréations, naturelle pour les couples Homme-Femme, par PMA pour les couples Femme-Femme et GPA pour les couples Homme-Homme, seront elles aussi égalisées tôt ou tard. Ce n’est qu’une question de temps si nos futurs représentants refusent d’inscrire le droit à leur filiation biologique pour tous les enfants, avec une union égale pour tous les couples, dans le programme d’au-moins un présidentiable en mesure de gagner les primaires.

Pour autant rien n’est perdu d’avance si vous vous mobilisez à nouveau, et que vous acceptez de renouveler ce 21 juin la demande du 8 juin dernier. Mais cette fois-ciavec la bonne formulation, et directement aux responsables du parti.

Nous vous invitons donc à écrire votre demande de retour à la filiation de l’enfant dans le respect des couples, non seulement à Luc Chatel, président du Conseil national qui vous y invite, mais aussi à Eric Wœrth, qui ne vous a pas entendu, à Catherine Troendlé, qui était pourtant de votre avis. Et aussi à la veille de la campagne, à votre député et aux candidats à la primaire.

Afin de gagner en efficacité, il est important de ne pas envoyer le même courrier copié/collé. C’est pourquoi nous vous demandons de rédiger un mail, avec vos mots à vous, sur la base des arguments ci-dessous. Nous gagnerons ainsi en spontanéité, sincérité et vérité, et vous remercions infiniment pour votre compréhension.

Nous savons pouvoir compter sur vous. Vous pourrez compter sur nous jusqu’à la reconnaissance définitive du droit supérieur de filiation biologique des enfants.

Merci de mettre L’Avenir pour Tous en copie de tous vos mails.(contact@avenirpourtous.fr
Ecrire à Eric Woerth
Ne pas faire de copié/collé. Eric Woerth, député secrétaire général des Républicains :ewoerth@assemblee-nationale.fr
– M. le Secrétaire général,
merci de prendre en considération notre demande que vous avez rejetée suite à la proposition citoyenne du 8 juin dernier qui vous a été transmise par Mme Catherine Troendlé.
– notre demande d’inscription dans le projet des Républicains est la suivante : « Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples mariés ou unis.« 
– cette proposition ne discrimine pas les couples de personnes de même sexe qui ne doivent pas voir leur droits d’union diminuer pour autant. Nous ne touchons pas aux droits du mariage entre adultes. Mais la filiation est un droit de l’enfant qui doit aujourd’hui être explicitement reconnu au niveau constitutionnel et légal pour stopper radicalement la reproduction marchande des PMA et GPA

– se contenter de mentionner la lutte contre la PMA et la GPA sans revenir sur la filiation homosexuelle qui les commande est inutile, voire clientéliste.

– notre adhésion et notre vote présidentiel seront conditionnés à l’engagement de votre parti Les Républicains à respecter cette demande juste pour les enfants et pour les couples homosexuels mariés ou unis.
Ecrire à Catherine Troendlé
Ne pas faire de copié/collé. Catherine Troendlé, sénatrice et déléguée familles des Républicains : c.troendle@senat.fr
Madame la sénatrice,
– merci d’avoir entendu et formulé vous-même le 8 juin dernier avec nous les revendications de la salle, qui prennent en compte les couples homosexuels.
– nous comptons sur vous pour proposer à nouveau aux instances dirigeantes et aux candidats à la primaire la suggestion que nous avions retenue ensemble et qui ne fait pas mention de la loi Taubira, mais doit mentionner le respect des couples homosexuels : « Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples mariés ou unis. »
– nous vous rappelons que notre adhésion aux Républicains et notre vote à la présidentielle seront conditionnés à l’engagement de la restauration de la filiation biologique pour tous les enfants dans le respect de tous les couples.
Ecrire à Luc Chatel
Ne pas faire de copié/collé. Luc Châtel, député et président du conseil national des républicains : etudes@republicains.fr
– Monsieur le Président,
merci de nous consulter en vue du conseil national.

– nous souhaiterions voir inscrite dans le programme des Républicains la proposition émanant de la salle et reprise à son compte par Catherine Troendlé lors du Rendez-vous du projet pour la Famille, le 8 juin dernier : « Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples mariés ou unis. »

– nous vous rappelons que notre adhésion aux Républicains et notre vote à la présidentielle seront conditionnés à l’engagement de la restauration de la filiation biologique pour tous les enfants dans le respect de tous les couples.

Ecrire aux candidats à la primaire
Ne pas faire de copié/collé.
Nicolas Sarkozy contact@sarkozy.fr
– Monsieur le candidat,
Le 8 juin dernier nous avons demandé à Mme Catherine Troendlé, qui l’a accepté devant notre pacifique insistance lors du Rendez-vous du projet pour la Famille, à ce que cette demande primordiale soit inscrite dans le projet des Républicains. « Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples.« 
Pour des raisons qui nous échappent, elle a été rejetée par M. Eric Wœrth, secrétaire général des Républicains.
Aussi nous n’avons d’autre recours que de nous tourner vers vous, et vous demander de voir inscrite dans votre programme la proposition émanant des citoyens, rassemblés par millions en 2013, et encore représentés pacifiquement en 2016. Cette demande respecte les couples homosexuels mariés ou unis qui ne doivent en aucun cas voir leurs droits d’union diminuer.
– nous tenons à vous assurer que notre vote à la primaire comme à chaque tour des présidentielles sera conditionné en priorité à votre engagement à restaurer la seule filiation biologique pour tous les enfants dans le respect de tous les couples.
Ecrire aux députés
Ne pas faire de copié/collé. Adresses mail disponibles sur le site de l’assemblée nationale
– Monsieur le Député,
Le 8 juin dernier nous avons demandé à Mme Catherine Troendlé, qui l’a accepté devant notre pacifique insistance lors du Rendez-vous du projet pour la Famille,que cette demande primordiale soit inscrite dans le projet des Républicains. « Pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, reconnaître le droit de chaque enfant à sa filiation paternelle et maternelle dans le respect de tous les couples. »
Pour des raisons qui nous échappent, elle a été rejetée par M. Eric Wœrth, secrétaire général des Républicains.
Aussi nous n’avons d’autre recours que de nous tourner vers vous, et vous demander de voir inscrite dans votre programme, si vous vous représentez en 2017, la proposition émanant des citoyens, rassemblés par millions en 2013, et encore représentés pacifiquement en 2016. Cette demande respecte les couples homosexuels mariés ou unis qui ne doivent en aucun cas voir leurs droits d’union diminuer.
– nous tenons à vous assurer que notre vote à chaque tour des futures législatives sera conditionné en priorité à votre engagement à restaurer la seule filiation biologique pour tous les enfants dans le respect de tous les couples.
Adhérer et financer
Notre activité quotidienne est de vous mobiliser, vous représenter lors des événements publics, d’analyser et de décrypter les réactions des politiques pour vous informer au mieux : ainsi ensemble nous tentons de faire progresser notre demande de réécriture de la filiation homme-femme. Aussi nous ne pouvons compter que sur votre générosité. Merci de faire vivre votre demande de la filiation en vous engageant à soutenir celle-ci à L’Avenir pour Tous.
Faire un don par voie postale
L’Avenir pour Tous
9, rue du Docteur Finlay
75015 Paris
Pour toute question relative aux dons :
Un don bienfaiteur de 10 euros par mois et à hauteur de 1 000 donateurs nous permet de couvrir les charges fixes de l’association.
Les dons sont déductibles d’impôts à hauteur de 66%. Pour un don de 100 euros vous n’aurez finalement déboursé que 34 euros.
S’informer et diffuser
Suivre et diffuser notre actualité sur internet.
L’Avenir pour Tous
Virginie Tellenne
Xavier Bongibault
S’engager
Pour organiser un Apéro de L’Avenir ou pour devenir volontaire et consacrer du temps à notre mouvement, contactez-nous :
Virginie Tellenne – virginie.tellenne@avenirpourtous.fr – 06 09 62 00 31
Xavier Bongibault – xavier.bongibault@avenirpourtous.fr – 06 69 51 82 55
   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page