Jeudi 10 octobre : première réunion de l’unité à retrouver – Théâtre de Saint-Léon, Paris

Jeudi 10 octobre : première réunion de l’unité à retrouver – Théâtre de Saint-Léon, Paris

La première grande réunion-débat de l’Avenir pour Tous a rassemblé plus de trois cents personnes hier soir au théâtre Saint-Léon.

Succès pour la première étape de la Tournée pré-électorale de l’Avenir pour Tous à Paris dans le XVème.
Seul mouvement citoyen d’opposition au « mariage pour tous » et à la « loi familles » en phase avec la majorité des Français*, l’Avenir pour Tous appelle les candidats à s’engager sur l’abrogation positive de la loi Taubira pour une véritable altérité humaine et républicaine.

C’est devant plus de 300 personnes, que Frigide Barjot, présidente de l’Avenir pour Tous, Xavier Bongibault, (Plus gay sans mariage) et Laurence Tcheng, (La Gauche Vitale), tous trois fondateurs du mouvement des consciences contre la loi de « mariage pour tous », ont lancé ce jeudi 10 octobre depuis Paris, la Tournée de l’Avenir pour Tous. Pour se faire, ils ont accueilli le Pr Henri Joyeux (Famille de France) et Antoine Renard (CN-AFC), les deux leaders des principales associations familiales, désormais appelées à être moteurs dans la lutte contre l’imminente « loi Famille » – le complément de la loi « Mariage pour Tous » – qui sera présentée au Conseil des ministres début janvier 2014 et discutée au Parlement dans la foulée.

Ils étaient entourés de diverses personnalités engagées depuis plus d’un an dans la lutte pour l’abrogation positive de la loi Taubira, maître-mot et objectif de l’action pré-électorale de l’Avenir pour Tous.

Ont ainsi pris la parole dans ce sens, chacun dans leur domaine de compétences et dans la diversité des origines, Jean-Jacques Rateau, élu PRG à l’Assemblée des Français de l’Étranger, Géraldine Chamussy, La Droite Humaine, Marie Pette, La voix de l’adoption , Nathalie de Willencourt, Homovox, Clotilde Brunetti-Pons, maître de conférence en droit de la famille et rédactrice de nombreuses propositions législatives protectrices des droits de l’enfant comme de ceux des couples homosexuels.

Frigide Barjot a rappelé que l’Avenir Pour Tous est la continuité du temps des manifs dans le temps démocratique des scrutins. Il est aujourd’hui la seule mouvance à être en phase avec la majorité* des Français opposés à la loi Taubira et à la politique familiale du gouvernement, qui a ouvert le principe de la procréation artificielle (PMA et GPA) par une filition déconnectée de l’unions exuelle. *(56% contre l’adoption par les couples de même sexe, 54% pour l’union civile contre la loi Taubira,54% pour la liberté de conscience des maires, 63% contre la PMA, 59% contre la GPA, 62% pour un referendum sur ces questions sociales et vitales)

L’Avenir pour Tous étant dès lors le représentant légitime des nouveaux citoyens actifs apparus sur les pavés cet hiver, il est l’interlocuteur légitime des candidats aux prochaines échéances électorales de 2014. L’Avenir pour Tous met ainsi en œuvre une pol-éthique (action d’influence citoyenne sans briguer de mandat) tout au long des scrutins à venir (municipales de mars 2014, européennes le 25 mai 2014, sénatoriales partielles (176 sénateurs élus par les maires) en septembre 2014, régionales et cantonales en 2015, présidentielles et législatives en 2017).

Frigide Barjot l’a ainsi expliqué : « Nous avons ouvert une nouvelle ère démocratique, il s’agit d’y jouer tout notre rôle dans l’intérêt général et éviter la radicalisation : les Français ne veulent plus voir leurs voix capter illégitimement par la douteuse promesse d’une vague réécriture de la loi dont ils savent qu’elle restera lettre morte. Depuis cet hiver, ils veulent être partie prenante de l’offre politique. Si on la leur conteste, ils réagiront comme en mai 2012, mais dans des proportions incommensurables, fuyant dans l’abstention, et un fort vote contestataire, (NDLR : comme le confirme le score du FN ce dimanche soir à Brignoles). Il faudra des décennies pour s’en remettre, après l’espoir immense qu’a suscité notre incroyable mouvement des familles ».

Pour éviter cette issue fatale, elle a présenté aux candidats de Paris présents (Franck Margain, n°2 dans le XIIème – qui n’est pas resté insensible à ses arguments – , Atanase Périfan, chef de file dans le XXème, Chantal Thibierge, élue du VIIIème) la Charte de l’Avenir Pour Tous (PJ), une réforme abrogeant la loi Taubira dans le respect des droits d’union des homosexuels. En prévision de la loi Famille, la Charte inclut aussi les mesures à prendre pour restaurer une adoption filiative fondée sur l’altérité sexuelle. La mesure-phare est de restaurer le seul mariage Homme-Femme dans la Constitution par le référendum d’initiative partagée, réactivé récemment par le président de la République lui-même. La loi Taubira devenue anti-constitutionnelle sera remplacée par une loi d’Alliance civile en mairie, sans adoption, ni PMA, pour les couples homosexuels, avec « mandat tacite d’éducation » pour l’ « allié » non biologique. Cette proposition de loi a été présentée en décembre dernier par Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, et l’Entente parlementaire pour la Famille à l’Assemblée nationale. Elle a été votée en février par toute l’opposition parlementaire sauf Jean-Frédéric Poisson (PCD).
En contrepartie de l’adoption de la charte, les citoyens-manifestants, passés de la fonction demarcheurs-veilleurs à celle de programmateurs-prescripteurs, apporteront leur soutien, et celui de leurs porte-parole, à tous les candidats qui inscriront, à leur demande et dans leur programme, cette charte pour l’abrogation positive et réaliste de la loi Taubira.

La division menaçant la réussite de cette ambitieuse entreprise, c’est sous les applaudissements fournis des participants qu’a retenti alors le vibrant appel à l’unité de Jean-Jacques Rateau, (Elus des Français à l’Etranger) pour notre propre « mouvement pour tous » : « Frigide Barjot doit revenir à la tête ! Oui, il faut la réunion de l’Avenir pour Tous et de la Manif pour Tous, sinon notre mouvement est voué à l’échec ». Ce à quoi, la présidente de LAVT a répondu : « L’unité se fera dès que tous accepteront à la « Manif pour Tous » la réalité du couple homosexuel, avec ses droits d’union patrimoniale acquis depuis le 17 mai 2012, pour le vivre-ensemble pacifié de notre société. Donnons l’exemple dans notre propre mouvement !»

Pour appuyer ses dires, et avant une marseillaise revigorante, Frigide Barjot et ses amis ont conclu par l’appel à une grande journée unitaire pour le premier anniversaire de la première manif, ledimanche 17 novembre prochain. Il s’agira de réunir à Paris tous les militants, sympathisants et manifestants pour une grande Journée de la Constitutionnalisation du mariage et de la filiation humaine, et pour l’ouverture d’Etats Généraux de la Famille, dans le respect des couples homosexuels.

* 56% contre l’adoption par les couples de même sexe, 54% pour l’union civile contre la loi Taubira,54% pour la liberté de conscience des maires, 63% contre la PMA, 59% contre la GPA, 62% pour un referendum sur ces questions sociales et vitales)

Après Paris, la Tournée continue…

Le mardi 15 octobre à Nantes : réunion Familles de France avec Henri Joyeux pour une conférence sur le thème « Familles pour Tous ! Quel genre ? »

Le samedi 26 octobre à Paris, dans le cadre du stage « Tennis et Prières » Frigide Barjot donnera sa lecture à destination des catholiques de l’engagement pour l’humanité durable, avec le pape François comme guide !

Le samedi 09 novembre à Lyon : avec Jean-Noël Dumont et le Collège Supérieur de Lyon

Le dimanche 17 novembre à Paris, avec toute la troupe réunie !

Photos par @frsalefran

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page