COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Élections départementales : le rejet de la majorité qui a aboli la filiation universelle se confirme

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Élections départementales : le rejet de la majorité qui a aboli la filiation universelle se confirme

L’Avenir pour Tous se félicite du rejet massif de la majorité qui a aboli la filiation homme-femme universelle et appelle les Français descendus dans la rue de 2013 à 2015 à se rassembler pour proposer un socle éthique à la nouvelle majorité politique : le retour à la filiation biologique.

Quelques jours après l’anniversaire, le 24 mars dernier, de la plus vaste des manifestations des défenseurs de l’Humain et des Familles, les élections départementales viennent de confirmer le rejet de la majorité qui a, contre la volonté des Français, aboli la filiation biologique universelle.

Le 24 mars 2013, les Français se sont massivement opposés à la construction d’une filiation nouvelle permettant la légalisation d’une procréation technicisée et marchande. Et ce, tout en soutenant la reconnaissance légitime de droits d’union égaux pour les couples homosexuels que Virginie Tellenne (Frigide Barjot) portait avec Xavier Bongibault à la tête d’un mouvement unifié jusqu’au vote de la loi, et qu’ils portent toujours au sein de L’Avenir pour Tous (LAVT)*.

Ainsi s’est levée en France une majorité nouvelle des Consciences de l’Humain face au Marché. Elle a permis de mettre en place, élections après élections, une nouvelle majorité politique.

Cette majorité politique issue du rejet de la gauche ne pourra obtenir l’assentiment réel des Français pour rétablir les fondamentaux juridiques de la société, sans avoir pour socle la restauration de la filiation biologique en s’appuyant sur la majorité citoyenne qui l’a portée en 2013.

Cette majorité citoyenne a été divisée par le pouvoir entre convaincus « abrogationnistes » (qui abrogent la loi sans remplacement par une union spécifique pour les couples homosexuels) et convaincants « réformistes » (qui réforment la loi par le remplacement du mariage homosexuel en union civile  égale socialement mais qui ne change pas la filiation de l’enfant), pour faire passer la loi Taubira et maintenir l’exécutif en place.

Cette majorité citoyenne doit aujourd‘hui être rassemblée sur le terrain pour pouvoir apporter à la nouvelle majorité politique le programme de « préservation de l’Humain » réaliste, qui empêchera que la défense des sujets humains et vitaux ne soit réduite aux seuls réseaux « abrogationnistes » qui, structurés mais radicaux sur les méthodes, participent mécaniquement de la montée du Front National.

La signature majoritairement FN des Chartes LMPT municipales et départementales en atteste.

Loin d’assurer un retour sur la loi Taubira, cette division par l’abrogation et ses réseaux permet à François Hollande de se retrouver seul en face de Marine Le Pen en 2017, et ainsi être réélu malgré une politique économique et sociétale massivement rejetée par les Français.

C’est pourquoi L’Avenir pour Tous appelle aujourd’hui à l’unité entre « abrogationnistes » structurés et « réformistes » oubliés pour que la majorité citoyenne de 2013 redevienne le socle de la vaste majorité de droite portée par le mouvement de 2013, avec un véritable programme sur l’Humain, éthique dans tous les sens du terme, .

Y travaillant de longue date, Virginie Tellenne et Xavier Bongibault ont encore pu, ce 24 mars à Nantes, rencontrer et proposer une démarche commune aux responsables locaux de La Manif Pour Tous et de Sens Commun.

L’alternance ne sera réelle en 2017 qu’avec la réalité, le programme et le rassemblement de tous ceux qui ont engendré ce soulèvement des Consciences, pour que « le Marché de l’Humain mondialisé » ne l’emporte pas définitivement sur la « loi de l’Humain en société ».

Virginie Tellenne, présidente de L’Avenir pour Tous

Xavier Bongibault, secrétaire général de L’Avenir pour Tous

 

Contact Presse : 06 09 62 00 31 – www.avenirpourtous.fr

* L’Avenir pour Tous propose un programme « réformiste » de la loi Taubira afin d’obtenir la restauration de la filiation biologique par une réécriture de la loi en union civile sans changement de filiation, consolidée par l’inscription dans la Constitution de la filiation garantie par le mariage homme-femme et dans la déclaration universelle des Droits de l’Homme de la valeur universelle de l’identité homme-femme, quelles que soient des orientations sexuelles égales.

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page