Église catholique : le synode sur la famille distingue union homosexuelle et mariage

Église catholique : le synode sur la famille distingue union homosexuelle et mariage

Le synode sur la famille réaffirme la différence entre les unions homosexuelles et le mariage.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, dimanche  19 octobre 2014

L’Avenir pour Tous demandera aux évêques de France d’ouvrir le débat sur cette question primordiale dans la perspective de la réforme de la loi Taubira sur la filiation.

Après les avancées pastorales historiques contenues dans les documents préparatoires du Synode sur la Famille qui restent publiés, le rapport final du Synode se fixe sur la doctrine, dans une approche « rééquilibrée » pour tenir compte des pays où l’homosexualité est condamnée. Le Pape François souhaite que l’année qui sépare du prochain synode favorise « un vrai discernement spirituel des idées proposées pour que soient trouvées des solutions concrètes aux difficultés et aux innombrables défis auxquelles les familles sont confrontées« .

Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng, les trois dirigeants de « l’Avenir pour Tous », se félicitent que les pères synodaux réaffirment la différence entre les unions homosexuelles et le mariage, de même que les évêques dénoncent les pressions qui sont faites au niveau international pour imposer aux états des législations assimilant unions civiles et mariages.

L’article 55 reprend la doctrine de la Foi  : « Il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ».(Congrégation pour la doctrine de la Foi, Considérations à propos de projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, I-4)et rappelle que les personnes homosexuelles doivent être accueillies avec respect, compassion et délicatesse, et sans être objet de discrimination.

Cette nouvelle rédaction doctrinale, complémentaire de celle pastorale des documents préparatoires, conforte la ligne prônée par L’Avenir pour Tous depuis le début du formidable élan populaire que ses dirigeants ont mené en 2013 contre le « changement de civilisation » Taubira : c’est bien l’ouverture au mariage procréatif, et non les unions homosexuelles, qui change la filiation biologique et ouvre à une procréation humaine commercialisée et à la marchandisation de l’Humain.

« L’Avenir pour Tous  »  voit dans le maintien de ces articles mis en débat jusqu’en 2015 un encouragement pour les chrétiens engagés en politique à trouver un consensus entre eux pour la réforme impérieuse de la loi Taubira,  pour laquelle il propose un référendum sur la filiation substituant au mariage Taubira une union égale en mairie. Cette voie politiquement réaliste – elle est désormais largement reprise par les chefs politiques – est la seule à même de revenir démocratiquement sur le statut unique des couples établi par la loi « Taubira », indépendamment de leur orientation sexuelle.

Pour répondre à la volonté d’ouverture du pape François, l’Avenir pour Tous demandera dans les semaines prochaines aux évêques de France que soient organisés des débats dans les différents diocèses sur cette question fondamentale de séparation des unions et du mariage.

S’il est confirmé dans cette voie jusqu’en 2015, le synode catholique sur les « défis pastoraux de la famille » permettra, concrètement par le débat dans l’Eglise et dans la société,  avec la médiation populaire de « L’Avenir pour Tous » telle qu’elle est mise en place  avec le Premier forum des manifestants le 5 octobre 2014, de préparer la réforme de la loi de mariage du 17 mai 2013 via les prochaines présidentielles de 2017   pour rebâtir une démocratie apaisée pour les citoyens et un avenir commun pour toutes les types de familles en France .

 

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page