L’Avenir pour Tous demande le dialogue à Laurence Rossignol

Paris, mercredi 16 avril 2014

Objet : Demande de rendez-vous avec les représentants de L’AVenir pour Tous (LAVT), aile modérée du Mouvement de contestation de la loi d’adoption et de mariage « pour tous »
Madame la secrétaire d’État,
Tout d’abord, permettez-nous de vous féliciter pour votre nomination, qui vient rassurer notre inquiétude après les quelques jours d’absence de représentante chargée de la Famille au gouvernement.Nous sommes, Xavier Bongibault (Plus gay sans mariage), Laurence Tcheng, (Pour une gauche vitale) et moi-même Frigide Barjot, présidente de l’Avenir pour Tous, les initiateurs de la diversité, les penseurs « poléthiques » et les animateurs premiers des manifs millionnaires, pacifiques et pluralistes de novembre 2012 au 5 mai 2013.Si à notre appel, des centaines de milliers de familles, de couples et des personnes sont descendus si nombreux dans la rue, c’est que nous ne nous sommes jamais opposés aux droits d’union des couples homosexuels, et que nous n’avons jamais pris la défense étroite d’un modèle unique de la Famille. Nous demandions avant tout un débat pour préserver le modèle biologique de la filiation « Tous nés d’un homme et d’une femme » pour éviter la mise dans le commerce de l’être humain, de sa personne à ses gamètes, pour l’engagement et la stabilité de la cellule familiale, sans discriminer les unions homosexuelles, les familles monoparentales ou recomposées, et pour défendre l’altérité sexuelle comme structurant de notre Droit civil, sans faire porter en aucun cas la « loi de Genre » nouvelle sur la seule différence d’orientation sexuelle, hors procréation.Sur ces bases, nous avons fédéré un nombre très important de Français soucieux de l’égalité des couples dans leur union et de celle des enfants devant leur origine, leur naissance et si possible leur éducation, principalement mais pas uniquement, paternelle et maternelle.
Après des mois de négation publique et gouvernementale de cette réalité de notre opposition d’ouverture, qui a abouti à notre éviction et à la dislocation du mouvement de masse, nous entendons avec intérêt vos propos dans le JDD de dimanche 13 avril : « Je n’entretiendrai aucune polémique avec la frange la plus radicale des opposants au mariage pour tous. Les manifestations ont été importantes, beaucoup dans ce camp aussi veulent dialoguer. Il y a eu le mariage pour tous et nous en sommes très fiers, mais la famille ne vit pas que dans le Code civil »
A la différence de cette « frange la plus radicale » du mouvement que nous vous remercions de différencier de notre démarche de dialogue et de consensus démocratique dans  la société, nous restons à L’AVenir pour Tous (LAVT) mobilisés sur le retour à la filiation biologique unique par une réforme équitable de la loi Taubira. Madame la secrétaire d’État, nous sommes heureux que vous reconnaissiez, à la différence du ministre de l’Intérieur en 2013, l’ « importance » des manifestations que nous avons eu l’honneur de diriger jusqu’au vote de la loi, et notre volonté permanente, depuis plus de 15 mois, de dialoguer avec les Français, le président de la République, les membres de l’exécutif, les différents représentants locaux et nationaux, comme aujourd’hui avec les sympathisants, les militants et les autres dirigeants du Mouvement des Consciences,  des Familles et de l’Humain, désormais scindé en deux sur la reconnaissance de l’homosexualité et le modèle familial unique. Nous souhaitons avant tout que le débat général s’instaure ! Attentifs au désir de dialogue du Premier ministre et du président de la République, nous avons demandé dès sa nomination une suspension des rythmes scolaires et un nouveau débat sur les contenus des ABCD de l’Egalité au nouveau Ministre de L’Education nationale, M. Benoît Hamon.
Car nous savons, Madame la secrétaire d’Etat, que pour combattre la radicalisation et obtenir un véritable apaisement en France, il est indispensable que les pouvoirs publics et les medias reconnaissent sur ce sujet de la conception de l’humain, aux modérés que nous représentons, et qui sont majoritaires dans la société, leur droit légitime à exister pour pouvoir débattre dans la société. A l’instar de ce que nous reconnaissons, avec notamment nos soutiens d’Homovox, dans le droit légitime des couples de même sexe à vivre ensemble et à élever des enfants, du moment que ceux-ci connaissent leurs géniteurs et que la filiation universelle biologique n’est pas modifiée par la loi.
La radicalité du conflit ne doit pas être nourrie par la seule reconnaissance médiatique des « abrogationnistes » du Pacs et de la loi Taubira, opposants à toute union homosexuelle, alors que la solution de bon sens qu’attendent les Français pour plus de 54% d’entre eux (sondage de mai 2013, confirmé par le parisien de février 2014) est bien le remplacement de la loi de « mariage ouvert à tous » en « union civile égale en mairie » et réservée face à la procréation aux  couples de même sexe. Aussi, nous vous proposons d’aller plus loin dans l’apaisement du débat général et sollicitons, au nom de la grande majorité des Français « gayfriendly » et défenseur de l’intérêt supérieur de l’enfant, madame la secrétaire d’État, un rendez-vous de votre part. Nous serons heureux de prendre connaissance des futures propositions de la Loi famille que vous élaborez avec les parlementaires, et de vous apporter nos observations. Nous nous réjouissons de cette bonne nouvelle que ce ne sont pas « les avant-garde qui font le droit, mais le mouvement de la société ». Vous trouverez en nous une part très importante de ce « mouvement de la société », qui était paisiblement dans la rue en 2013 et vous pourrez avoir confiance; avec lui, nous souhaitons le consensus et non la radicalisation des avant-garde face aux rétrogrades.
Nous ne manquerons pas de vous présenter nos propres propositions à travers notre « Reforme équitable de la loi Taubira », que nous diffusons dans toute la France auprès des Français, de leurs élus municipaux comme nationaux. Dans l’attente d’une réponse positive de votre part, veuillez agréer, madame le secrétaire d’État, avec nos félicitations renouvelées, nos sentiments les plus républicains.
Frigide Barjot, présidente
Xavier Bongibault, Plus gays sans mariage
Laurence Tcheng, Pour une gauche vitale
Jean-Marc Veyron-Lacroix, Homovox
   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page