Jeudi 17 octobre 2013 : l’adoption plénière par les couples de même sexe (MS), c’est fait !

Jeudi 17 octobre 2013 : l’adoption plénière par les couples de même sexe (MS), c’est fait !

Ce jour où l’anthropologie plurimillénaire a basculé…
… doit être celui de notre unité retrouvée pour restaurer
le mariage H/F et la filiation PME
dans le respect des droits acquis par les couples MS.

Comme il y a un an, vous vous souvenez ?

      Oui, vous vous souvenez, quand sur tous les plateaux de télévision, je prédisais qu’avec la loi Taubira, la petite Marie sera née de Nicolas et de Mathieu ? Tout le monde rigolait, et me disait que j’exagérais, Nicolas Gougain le premier, parce qu’ il ne voulait surtout pas que je dévoile le mensonge anthropologique que cachait la loi : l’union de deux hommes ou de deux femmes deviendrait juridiquement la même réalité procréatrice que l’union d’un homme et d’une femme. Nicolas était suivi de près – même si je n’y voyais que du feu – par tous ceux de notre bord qui n’ont jamais voulu différencier le couple HF du couple MS en fonction de la procréation – tout simplement parce que pour eux, le couple MS n’existe même pas en vie commune hors enfant ! Alors aux uns et aux autres, qu’ils rient ou qu’ils pleurent, je dis qu’en ce 18 octobre 2013,  les pro-homos LGBT ultras comme les anti-homos LMPT ultras sont ensemble co-responsables de ce basculement de civilisation !

          Ce que je redoutais tant depuis septembre 2012 à la lecture du projet de loi est arrivé bien plus tôt que prévu, et sans plus aucune possibilité de s’y opposer par le maire-marieur, réduit qu’il est à être l’enregistreur de la volonté de l’Etat à défaut de celle du peuple. Le Conseil des « Sages » a dit ! Dans le mariage d’avant, au nom de l’intérêt général, tout citoyen pouvait s’opposer à ce que deux personnes de même sexe soient déclarées mariées par la République. C’était même une cause de nullité absolue, l’indifférenciation des sexes. Aujourd’hui, le fonctionnaire de la République ne peut plus s’opposer à ce qui était d’ordre public. Ce n’est donc plus le peuple qui parle, c’est le pouvoir dans sa forme la plus clientéliste qui a décidé une fois pour toutes. Comment s’appelle ce régime, déjà, où les citoyens n’ont d’autre possibilité que de se taire face à un vote méprisé, en en payant les pots cassés, le plus souvent sans boulot et sans indemnités de chômage ? Je vous laisse trouver le terme approprié… Pour moi cela ressemble de plus en plus à une dictature, éteinte qui plus est. Si le mariage nouveau doit perdurer, ce que moi vivante  je ne laisserai jamais faire sous cette forme ni sous ce nom, qu’au moins l’officier ne soit pas l’élu actuel de ceux qui, avant le 17 mai, pouvaient s’y opposer. En lui ôtant cette souveraineté, on a encore enlevé un peu plus de leur citoyenneté aux Français . Oui, le « mariage pour tous », avec le refus de la liberté de conscience des maires élus, c’est vraiment la double peine pour la démocratie !

            Et pour que tout le monde comprenne bien que cette fois, c’est plus pour rire qu’on fait taire vos consciences, c’est donc ce même jour où le Conseil constitutionnel refuse la liberté de conscience aux maires, qu’à Lille le TGI entérine le droit de procréation via la filiation commune de deux femmes entre elles ! Ca y est, Laure et Lise sont les filles nées  de Mesdames Caroline et Pascale A.! On peut dire que les magistrats de la Constitution comme certains de la Famille sont plus prompts à obéir au pouvoir qu’à la volonté des Français qui sont CONTRE l’adoption par les couples MS de façon structurelle mais aussi CONTRE le mariage (64%) quand on lui préfère sa véritable acception,  l’union civile (54%) ! Nous ne pouvons laisser faire plus longtemps ces adoptions extraréelles, conséquences directes de l’extraréelle et absurde division de nos forces, alors que rien n’est plus important que de sauver les enfants hors-père ou hors-mère de par la loi !

J’appelle donc ici solennellement, comme, il y a un an, le samedi 17 novembre 2012 devant le lion de Belfort, comme le dimanche 13 janvier sur le Champ de Mars, comme le dimanche 24 mars face à la Grande Armée, comme le dimanche 21 avril aux Invalides, où déjà avec Hervé Mariton et Daniel Fasquelle, nous proposions, pour sauver la filiation humaine et sous les applaudissements de la foule, referendum et Alliance civile (à 29′) et enfin comme le mardi 23 avril, jour du vote solennel devant l’Assemblée Nationale, où j’ai invité, après le discours d’Hervé Mariton et sans rencontrer la moindre résistance, les manifestants à s’asseoir pour la solution alternative de l’union civile  (8’41), afin de devenir les Veilleurs de toute l’Humanité,

j’appelle donc en ce 18 octobre 2013, tous les leaders, acteurs et élus qui ont conduit 3 fois 1 million de Français, à retrouver et à veiller sur notre unité d’avant-17-mai,  pour le premier anniversaire de notre vaste Mouvement pour Tous

 

pour la constitutionnalisation du mariage et de la filiation humaine,

Tous à Paris
le dimanche 17 novembre prochain !

Après le temps des manifs d’opposition contre un projet de loi, le temps de la réforme de proposition pour une nouvelle loi est venu ! Inscrivez-vous vite tous à la Grande Journée de l’Unité pour la Constitutionnalisation du mariage H/F et de la filiation PME et pour des États Généraux de l’Adoption et de la Famille.

=> A la veille de la « loi Familles », nous organisons une grande journée de rassemblement autour de notre Charte de la réforme positive de la loi Taubira, dans une salle parisienne. Le matin sera consacré aux interventions des leaders associatifs de la Famille, des juristes, des constitutionnalistes et des scientifiques et l’après-midi au meeting de mobilisation en vue de la programmation des élections municipales avec les représentants des mouvements citoyens et avec les élus porteurs de la Charte.

Si nous sommes suffisamment nombreux, nous irons aussi faire un tour dans les rues de Paris pour dire à tous les élus, de droite comme de gauche, que maintenant, le déni d’humanité donc de démocratie, ça suffit !

Frigide Barjot,
présidente de L’AVenir Pour Tous

 

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page