PMA: le Comité d’éthique rendra un avis avant fin juin

PMA: le Comité d’éthique rendra un avis avant fin juin

santé | éthique | médecine | femmes | bébé | société

Paris, France | AFP | mercredi 07/06/2017 – 19:05 UTC+2 | 516 mots

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) rendra « avant la fin du mois de juin », un avis très attendu sur la PMA (procréation médicalement assistée), notamment pour les couples de femmes, a annoncé mercredi son président, Jean-François Delfraissy.

« Il y aura des positions claires », l’avis du Comité sur cette question extrêmement polarisante « ne fera sûrement pas l’unanimité » et pourrait « déclencher des anticorps de part et d’autre », a prévenu le spécialiste du sida et des maladies infectieuses, au cours d’une conférence de presse.

La PMA, qui désigne l’ensemble des techniques médicales destinées à aider les couples infertiles à avoir un enfant, telles que la fécondation in vitro ou le don de sperme, est aujourd’hui interdite en France aux mères célibataires et aux couples lesbiens.

Un groupe de travail du Comité d’éthique planche sur cette question depuis deux ans et sa réflexion « est arrivée à maturité », a estimé le Pr Delfraissy, qui a pris la tête de cet organe consultatif en janvier.

Six Français sur dix (61%) seraient favorables à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, une hausse de six points par rapport à 2014, selon un sondage publié en mars.

Par ailleurs, 50% des Français se disent favorables à la gestation pour autrui (GPA), 7 points de plus qu’en 2014, selon ce baromètre réalisé par BVA pour la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques des ministères sociaux (Drees).

La question de la GPA, interdite en France, sera incluse dans l’avis que rendra le Comité d’Éthique.

En Marche!, le mouvement d’Emmanuel Macron s’est prononcé en mai pour l’ouverture de cette pratique à « toutes les femmes », par un tweet de son porte-parole.

Le président de la République s’était montré plus prudent pendant la campagne.

Dans un courrier aux associations LGBT daté du 16 avril, il expliquait qu’il attendrait « que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) ait rendu son avis (…), pour pouvoir construire un consensus le plus large possible », tout en se disant « favorable » à une loi ouvrant la PMA « aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires ».

Au cours de l’année 2017, le Comité d’éthique devrait également rendre des avis sur les questions soulevées par les neuro-sciences, par le vieillissement de la population et par les flux migratoires, a ajouté le Pr Delfraissy au cours de la conférence de presse.

L’organisme a par ailleurs lancé de nouveaux groupes de travail sur l’intelligence artificielle, sur la question du consentement et sur les organes « imprimés » en 3D.

Le médecin de formation a expliqué vouloir davantage intégrer la société civile dans les réflexions du comité, en collaboration avec les experts, et renforcer la coopération avec d’autres comités d’éthique à l’étranger. Sur l’intelligence artificielle, un groupe de travail commun avec le Canada sera ainsi créé.

Le Comité d’éthique a également présenté mercredi son rapport « Biodiversité et santé », dans lequel il invite scientifiques et décideurs à ne plus regarder les relations entre l’humanité et la nature en termes de « maîtrise du vivant », mais en termes de « co-évolution », a expliqué l’un des rapporteurs, Michel Van-Praët, professeur émérite au Muséum national d’Histoire naturelle et spécialiste de biologie marine.

abb/ial/sd

© Agence France-Presse

   Envoyer l'article en PDF   

L'Avenir pour Tous
dépend de vous :
faites un don !

Revenir en haut de la page